Dans les Landes, Alexandre de Lur Saluces, ancien propriétaire du Château Yquem, investit massivement dans le tourisme landais dans un camping haut de gamme et un village, Uza, en cours de réhabilitation.

Il était une fois… le comte Alexandre de Lur Saluces. Propriétaire, entre autres, d’un magnifique terrain où a été aménagé un camping (Lous Seurrots) en 1961, doté d’une vue imprenable sur le courant de Contis et l’Océan. Devenu 4 étoiles, il a capté une solide clientèle haut de gamme. Pour poursuivre dans une gamme « luxe », il vient de faire aménager une plage en bois de 2.000 m2, un bassin de 25 mètres, et une piscine couverte par un dôme amovible, avec une eau à 27 degrés (grâce à deux pompes à chaleur).

13925566_1190784434306027_5687606455211705510_o

Si la rentabilité économique de ce nouvel investissement est rapide, elle permettra la réalisation d’un autre projet, non des moindres : le revalorisation du village voisin d’Uza, bâti autrefois autour des forges. Puisque là, hormis l’église et son pourtour, le reste du domaine est propriété du comte. Il envisage donc, pour commencer, de réouvrir l’épicerie qui avait fermé ses portes dans les années 1950, mais aussi d’aménager un sentier de randonnée autour du lac, tout en continuant à produire des asperges bio qui font le bonheur des Japonais… entre autres projets. Alexandre de Lur Saluces est aussi producteur de vin de Sauternes au château de Fargues. Il poursuit ainsi la tradition familiale, après avoir exploité pendant 30 ans le très célèbre château d’Yquem. Le plus grand des Sauternes est entré définitivement dans le giron du groupe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy) en 1999. Yquem est aujourd’hui géré par Pierre Lurton qui a également en charge château Cheval Blanc, le premier Grand cru classé de Saint-Emilion.

The Count de Lur Saluces represents the 15th generation of his family to own and manage Château de Fargues since 1472.
The Count de Lur Saluces represents the 15th generation of his family to own and manage Château de Fargues since 1472.

Ancien directeur et propriétaire, mondialement connu, du non moins connu Château Yquem (Sauternes), Alexandre de Lur Saluces développe ses affaires dans quatre grands secteurs d’activités. Le vignoble, bien sûr, au travers de son vaisseau amiral, le château de Fargues (Sauternes), la forêt, secteur durement impacté par la tempête de 2009, qui redeviendra rentable dans une dizaine d’années, l’agroalimentaire, avec la culture d’asperges bio dont la production a doublé en trois ans (60 tonnes) et l’élevage de volailles, enfin le tourisme, nouvel étendard, qui, avec 3,5 M€ de CA, représente à lui seul 40 % du chiffre d’affaires du groupe (une quarantaine de salariés) et emploie, en CDI, 17 personnes à temps plein, beaucoup plus en période estivale. Un secteur d’activités qui repose en grande partie sur le village vacances Lous Seurrots, situé à Contis. Ce camping, situé sur les terres familiales de la famille De Lur Saluces, s’étend sur 17 hectares. Il compte 600 emplacements. Ces dernières années, le village vacances quatre étoiles, qui figure parmi les fleurons de l’enseigne Yelloh, a bénéficié de nombreux investissements. “Cela a commencé, notamment, par la gestion de l’après tempête de 2009,” explique Idesbald Linossier, responsable du pôle tourisme du groupe de Lur Saluces. “Les arbres arrachés ont été remplacés, moyennant un investissement de 100.000 euros, par des chênes de 35 à 50 ans. Cela a mobilisé 100.000 euros.” Rien par rapport aux 2,8 M€ que vient d’investir le groupe dans la création d’un parc aquatique. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle. Bénéficiant, année après année de taux d’occupation élevés, le village vacances “génère le cash-flow nécessaire à notre politique d’investissements”, explique Idesbald Linossier. Des investissements consentis sur un projet ambitieux, celui du village d’hôtes d’Uza. Ce village, qui compte aujourd’hui 300 habitants, est au cœur d’un programme de réhabilitation de fermes qui va voir le groupe investir 10 M€ sur 20 ans en partenariat avec Pact Landes, réseau associatif au service de l’habitat. A ce jour, trois fermes landaises ont été réhabilitées et transformées en gîtes… “dont les carnets de réservations sont pleins alors que nous sommes à 15 km de l’océan !”, précise Idesbald Linossier.

uza

Le but de la branche tourisme de De Lur Saluces avec ce projet : permettre à ce village autrefois animé par l’activité de la fonderie-forge à l’origine de sa création, de retrouver une autonomie économique et de créer de l’emploi, et donc de l’attractivité par le tourisme. Une mission chère à Alexandre de Lur Saluces, qui ne cache pas un attachement fort à ce territoire qui a vu grandir ses ancêtres. Sa famille y possède encore 75 % du foncier. “Alexandre de Lur Saluces se sent responsable du destin d’Uza. Ensemble, nous sommes persuadés que le tourisme peut remplacer l’ancienne activité des forges et faire revivre le village qui est magnifique.” Un village qui va disposer d’une supérette multiservices qui ouvrira ses portes dans les murs de l’ancienne épicerie de la forge. “Faire d’Uza un village d’hôtes, c’est faire un investissement dont la rentabilité sera à long terme, mais l’accueil que nous avons eu dans le département et la demande des touristes montre, que nous avons raison d’y croire.”

C’est d’autant plus facile que l’activité du camping, qui assure du cash flow aux ambitions du groupe est en forte progression cette année encore. “Nos réservations de juin ont progressé de 40 %. Entre le 14 juillet et le 31 août, le camping, qui a été classé par un support néerlandais parmi les trois meilleurs d’Europe, affiche complet. Nous avons, d’ores et déjà, assuré 3,1 M€ de recette”, assure Idesbald Linossier qui annonce, pour la saison prochaine, l’ouverture d’un spa dont la construction va nécessiter 200.000 euros d’investissement. La marche en avant d’Alexandre de Lur Saluces dans le tourisme landais ne fait donc que commencer.

La commune d’Uza, anciennement hameau d’Uza jusqu’en 1872, se situe à la limite de deux régions historiques : le pays de Born et le Marensin. Sa population actuelle est de moins de 200 habitants et sa superficie de 1300 ha environ. L’histoire du village se confond avec celle de la famille Lur-Saluces depuis le début du XVème siècle, par le mariage d’Isabeau de Montferrand avec Pierre de Lur en 1472. Au siècle suivant, Jean de Lur épousa Charlotte Catherine de Saluces, seule héritière du dernier marquis de Saluces. En vertu des lettres patentes de 1589, leurs descendants héritèrent du nom et des droits de ce dernier qui possédait aussi le marquisat de Monferrat en Italie. D’où le nom Lur-Saluces. domaines-uza.fr

forges-uza-domaines-uzaLa tempête Klaus a causé dans le domaine d’Uza des dégâts considérables qui entraînent l’impossibilité d’assurer l’entretien annuel de la pinède avec des coupes repoussées d’environ trente ans. Aussi la famille de Lur Saluces, propriétaire ancestral du domaine, a décidé de développer à nouveau d’anciennes parcelles agricoles qui étaient cultivées il y a plus d’un siècle. Dès 2008, d’importants investissements ont été consacrés au projet d’une future aspergeraie : dessouchage, travail du sol, enrichissement du sol, organisation d’un vaste réseau de drainage, constitution d’un système d’irrigation, organisation d’un atelier de tri et de conditionnement des asperges pour expéditions, stockage en chambres froides, constitution de réseaux commerciaux. La politique du domaine est de viser la meilleure qualité possible. Au bout de six ans, la production a dépassé les 60 tonnes. La plantation atteint maintenant 18 hectares et procure 90 tonnes d’asperges.

A compter de la saison 2017, nos asperges seront en vente dans l’Epicerie des Forges d’Uza, en bord de lac. Si vous souhaitez vous restaurer, cette épicerie ancrée dans le territoire industriel des Landes proposera également un coin snack/salon de thé avec des produits « faits maison » et louera des barques qui vous permettront de profiter du paysage en toute tranquillité.

Le « Domaine d’Uza » 94, route de Lit-et-Mixe 40170 UZA Téléphone : 05 58 42 49 10 / Mobile : 06 42 26 67 65 /

forges-duza1

L’épicerie historique des Forges d’Uza (Magasin aux vivres depuis 1764) vous réouvre ses portes, fermée depuis 1981. Épicerie de territoire, elle propose à la vente des produits de qualité faits maison, un espace salon de thé / snack au bord du lac et contribuera dans la durée à créer des échanges localement. Aux commandes, un ancien pâtissier de l’Élysée, instructeur à l’école des fourriers de Querqueville, Gaël Pestel et son épouse.

36 Rue du lac
facebook.com/lesforgesduza/